dijous, 22 de març de 2007

Pierre Corneille

Mirall de Glaç, el grup literari d'Amics de les Arts i Joventuts Musicals, ha publicat recentment Poesies galants un recull de poemes de Pierre Corneille traduits per Jordi Parramon.

Si no rebeu habitualment les publicacions de Mirall de Glaç, podeu demanar un exemplar d'aquesta edició a jfff@telefonica.net.


CANÇÓ

El vostre esguard, que m'encisa,
no té un objectiu joiós:
testa calba i barba grisa
no són bon àpat per vós.
Plaure-us fóra una alegria,
però deixem-nos d'enganys:
Iris, de que us serviria
un galant de cinquanta anys?

Tot allò que us fa adorable
només em sap alarmar.
Us trobo massa estimable
per poder-vos estimar.
El meu desig no és gens fútil,
són ben ferms els meus afanys,
però és sols un moble inútil
un galant de cinquanta anys.

Si la mà no és ben armada,
si res no rutlla com cal,
val més tocar a retirada
abans que emprendre un assalt.
L'amor no atorga cap gràcia
als que lluiten pels seus danys
i es riu de la vana audàcia
dels galants de cinquanta anys.


CHANSON // Vos beaux yeux sur ma franchise / n'adressent pas bien leurs coups: / tête chauve et barbe grise / ne sont pas viande pour vous. / Quand j'aurais l'heur de vous plaire, / ce serait perdre du temps: / Iris, que pourriez-vous faire / d'un galant de cinquante ans? // Ce qui vous rend adorable / n'est propre qu'à m'alarmer. / Je vous trouve trop aimable, / et crains de vous trop aimer: mon coeur à prendre est facile, / mes voeux sont des plus constants, / mais c'est un meuble inutile qu'un galant de cinquante ans. // Si l'armure n'est complète, / si tout ne va comme il faut, il vaut mieux faire retraite / que d'entreprendre un assaut: / l'amour ne rend point la place / à de mauvais combattants / et rit de la vaine audace / des galants de cinquante ans.

8 comentaris:

Anònim ha dit...

En la mayoría de entradas, no se visualiza la página de comentarios, ni siquiera se pueden leer. He encontrado que en esta sí funciona. ¿Por qué?

Anònim ha dit...

PIERRE CORNEILLE

Pere Gimferrer té un comentari magnífic del teatre de Corneille. Està recollit al llibre d'articles "Valències", que fa uns quants anys va publicar 3i4, l'editorial d'Eliseu Climent

Anònim ha dit...

Pierre Corneille (Rouen, 6 de juny de 1606 - París, 1 d'octubre de 1684), dramaturg francès. És considerat un dels majors dramaturgs francesos del segle XVII, junt amb Molière i Racine. La riquesa i diversitat de la seua obra reflecteixen els valors i els grans interrogants de la seua època.era el major de sis germans (un d'ells Thomas, també va ser dramaturg). Pertanyia a una família de magistrats de Rouen, i ell també va iniciar estudis de dret. L'any 1629 un desengany amorós el va portar a escriure els seus primers versos per a passar posteriorment a la seua primera comèdia, Melita, que va ser estrenada a París el mateix any per la companyia de Mondory i Le Noir.

Amb aquesta i les seues següents obres (Clitandre, La viuda, La galeria del Palau, La següent, La plaça Reial, Medea i La Il·lusió Còmica), Corneille va crear un nou estil teatral, en el que els sentiments tràgics es manifesten a escena en el context d'un univers plausible, el de la societat contemporània.

Corneille, autor oficial per nomenament del Cardenal Richelieu, va trencar amb el seu 'estatus' de poeta de règim i amb la política controvertida del Cardenal, per a escriure obres que exalten els sentiments de noblesa (El Cid), que recorden que els polítics no estan per damunt de les lleis (Horaci), o que presenten un monarca que tracta de recuperar el poder sense exercir la repressió (Cinna).

L'any 1647 va ser elegit com a membre de l'Acadèmia Francesa, ocupant la butaca número 14 fins a la seua mort, quan el va succeir el seu germà Thomas.

Després de la mort de Richelieu, entre els anys 1643 i 1651, i durant el període de La Fronda, la crisi d'identitat que pateix França es reflecteix en l'obra de Corneille: arranja comptes amb Richelieu en "La Mort de Pompeu", escriu "Rodugone", una tragèdia sobre la guerra civil, i desenvolupa el tema del rei ocult en "Héraclius", "El senyor Sanç d'Aragó" i "Andròmeda", interrogant-se sobre la naturalesa mateixa del rei, subordinat a les vicissituds de la Història, fent així que aquest guanye en humanitat. Va ser precisament la maquinària necessària per a la posada en escena de Andròmeda, presentada com la seua obra mestra, la que va justificar la construcció del Teatre de Petit-Bourbon l'any 1650.

A partir de 1650, les seues obres coneixen menors èxits i després del fracàs de "Pertharite", Corneille va deixar d'escriure durant diversos anys.

L'estel ascendent del teatre francés era ara Jean Racine, en les obres del qual les intrigues prevalen sobre els sentiments i els personatges apareixen menys heroics i més humans. Però el vell poeta no es va resignar i va renovar el teatre amb la tragèdia Èdip.

Corneille va continuar innovant el teatre francès fins a la seua mort. Va provar fortuna amb el teatre musical ("Agésilas", "Psyché"). També va abordar el tema de la renúncia, a través de la incompatibilitat del càrrec real amb el dret a la felicitat ("Sertorius", "Suréna"). La comparació amb Racine es va tornar en contra seua ja que ambdós autors van crear quasi simultàniament sengles obres sobre el mateix tema, Corneille "Titus i Berenice" i Racine "Berenice".

Al final de la seua vida, la seua situació econòmica era tan dolenta que el mayeix Boileau va sol·licitar per a ell una pensió real, que Lluís XIV li va concedir. Corneille va morir a París el 1 d'octubre de 1684.

L'extensió i riquesa de la seua obra ha fet que a França es desenvolupe l'adjectiu 'cornelià, el significat del qual és avui dia és bastant ampli, ja que significa al mateix temps la voluntat i l'heroisme, la força i la densitat literària, la grandesa d'ànima i la integritat i una oposició irreductible en els punts de vista.
(de la Viquipèdia)

Anònim ha dit...

VA ESCRIURE CORNEILLE LES OBRES DE MOLIÈRE (SI MÉS NO, ALGUNES)?
Sabieu que a França circula una llegenda que diu que Piere Corneille li escrivia les obres a Molière?
Aquí va un article que ho explica una mica

"Molière est un chef-d'œuvre de Corneille"

C'est par ce titre de la revue littéraire Comédia qu'en 1919 Pierre Louÿs annonçait avoir mis au jour une supercherie littéraire. Selon lui, Molière n'aurait pas écrit ses pièces et Pierre Corneille serait son nègre.

Depuis, cette idée très décriée a refait plusieurs fois surface. Elle fut reprise dans les années 1950 par le romancier Henry Poulaille puis, en 1990, par un avocat belge, Hippolyte Wouters. On doit à la plume de Frédéric Lenormand un roman fondé sur cette idée, L'ami du genre humain, paru en 1993. Le dramaturge Pascal Bancou développe également cette thèse dans sa pièce L'Imposture comique en 2000 (créée au Théâtre de la Huchette). En 2003, c'est enfin Dominique Labbé qui annonce avoir résolu cette énigme littéraire à l'aide de nouveaux outils statistiques. Aujourd'hui encore, les arguments et méthodes employés par Labbé continuent de soulever la critique.
La polémique commença lorsque le poète Pierre Louÿs trouva dans Amphitryon une versification proche de celle de Corneille. Les tenants de la supercherie argumenteront cette thèse par la ressemblance lexicale entre les pièces de Molière et celles de Corneille, ainsi qu'en s'appuyant sur quelques faits historiques. Parmi ceux-ci, les détracteurs de Molière notent qu'il n'a laissé aucun manuscrit, pas une ébauche de pièce, pas un brouillon, pas une note. Les détracteurs doutent aussi qu'un comédien puisse se transformer subitement, à trente-sept ans, en un auteur de la dimension de Molière. Selon Wouters, ce serait le seul cas « où un auteur médiocre jusqu'à 40 ans devient non seulement profond, mais surtout une des plus belles plumes de son temps ».

Comment l'orgueilleux Corneille, un des plus grands dramaturges de son époque, a-t-il accepté d'être le nègre d'un comédien de farces ? Plusieurs arguments sont avancés. Il aurait fait tout cela par besoin d'argent, puisque, à l'époque des premières pièces écrites de Molière, il n'aurait rien écrit depuis plusieurs années. Ensuite, il y a peut-être le désir d'être connu comme un auteur de tragédies, le plus grand style qui soit, et ne pas dégrader son image par l'écriture de farces. Enfin, écrire ces comédies sous le nom d'un autre lui aurait permis de régler ses comptes avec la bourgeoisie parisienne sous couvert d'anonymat. Notons aussi les termes normands apparaissant dans les textes de Molière, que seul Corneille aurait pu utiliser... Ces coïncidences poussent Poulaille, Louÿs et Wouters à penser qu'un accord aurait été conclu entre les deux auteurs en 1658, lors de la venue de Molière à Rouen, la ville de Corneille. Cette date constituerait un tournant dans l'œuvre de Molière, puisque son premier succès vient en 1659 avec Les Précieuses ridicules.

Il faut préciser aussi que la collaboration entre Corneille et Molière était une chose connue, qu'ils ne cachaient pas, puisque Corneille a achevé la versification de Psyché, ce que note Molière dans la préface de cette œuvre.

En 2004, Denis Boissier publie une étude faisant le tour de la question. Il l'intitule L'Affaire Molière : la grande supercherie littéraire.

À titre anecdotique, signalons qu'Hippolyte Wouters a tiré de cette affaire une pièce de théâtre, Le Destin de Pierre, jouée en 1997 à l'hôtel Astoria de Bruxelles
Tous ces éléments ne sont en aucun cas des preuves. Dominique Labbé, chercheur au CERAT et à l'Institut d'études politiques de Grenoble, spécialisé dans les statistiques appliquées aux langages, fait une étude scientifique de cette question.

Sa méthode consiste à mesurer la distance intertextuelle entre deux textes. Cette distance est « la somme des différences entre les fréquences de tous les vocables du plus petit texte comparé à ceux de tous les échantillons aléatoires possibles à la taille du plus petit que l'on peut extraire du plus grand ».

La distance relative permet d'obtenir une mesure entre 0 et 1. Si tous les mots sont employés dans deux textes à la même fréquence, la distance relative est 0. Si les textes ne partagent aucun mot en commun, la distance est de 1. Cette distance mesure la ressemblance entre deux textes. De nombreuses précautions sont nécessaires, il faut notamment respecter une taille de texte supérieure à 5 000 mots, et lemmatiser (différencier les homonymes, repérer tous les genres d'un même mot...) les deux textes. Les détails de la méthode et des précautions opératoires sont disponibles sur la page personnelle de Dominique Labbé.

Après un étalonnage sur de nombreux textes de tout type, Labbé conclut que deux textes dont la distance intertextuelle est inférieure ou égale à 0,20 sont forcément du même auteur. Entre 0,20 et 0,25 ils sont probablement du même auteur, ou écrits à la même époque, dans un même genre, sur un sujet identique, avec des arguments comparables. Entre 0,25 et 0,40 il est difficile de définir la paternité d'un texte anonyme, et au-dessus de 0,40 les deux auteurs sont certainement différents, ou d'un genre très éloigné.

Labbé a donc utilisé son algorithme sur les textes de Molière et de Corneille. Sans rentrer dans les détails, les conclusions sont que les textes de Molière sont des écrits de Corneille. En effet, leur distance interlexicale avec les textes de Corneille est inférieure à 0,25. Suite aux critiques de ses détracteurs, Labbé a utilisé la technique des collocations, qui compare le sens que l'on donne à un mot, c'est-à-dire qui prend en compte « le vocabulaire entourant le mot pivot dans un espace limité - généralement celui de la phrase - sans prendre en considération l'ordre des mots ». La méthode consiste à observer quels mots reviennent dans une phrase où réside un mot donné - amour, par exemple - et à calculer leur fréquence d'apparition. En comparant les collocations des mots cœur, amour, aimer, madame et monsieur, dans les textes de Molière, de Corneille et de Racine, Labbé arrive aux mêmes conclusions qu'avec la distance interlexicale.

Selon lui, la parenté des textes de Molière, à partir de 1659, avec ceux de Corneille ne ferait plus de doute, ceux-ci seraient en fait de ce dernier.


Les critiques des littéraires [modifier]
La publication de l'article dans une revue scientifique hollandaise a suscité une vive polémique. Certains critiquent la méthode même de Labbé, invoquant le manque de précaution dans l'utilisation des algorithmes et la mauvaise interprétation des résultats. D'autres mettent en avant des critiques basées sur les faits historiques qui auraient conduit à cette collaboration. Sans que cela soit un argument, il convient de rappeler que Louÿs, le premier à avoir mis en lumière une ressemblance entre les deux auteurs, était lui-même l'auteur d'une supercherie. En effet, il avait fait passer ses poèmes pour des traductions d'œuvres grecques.

Georges Forestier, titulaire de la chaire des études théâtrales du XVIIe siècle à la Sorbonne, a publié une réponse aux travaux de Labbé où il reprend les arguments historiques qui tendent à faire penser que l'on est en présence d'une supercherie. Forestier précise, dans un premier temps, que du vivant de Molière, on lui a reproché tous les maux : de plagier les auteurs italiens et espagnols, de puiser dans des mémoires fournis par les contemporains, d'être cocu, sans oublier d'avoir épousé sa propre fille. Cependant, même ses pires ennemis ne lui ont pas contesté la paternité de ses succès.

Sur le fait qu'aucun manuscrit de Molière ne soit arrivé jusqu'à nous, il précise qu'il en est en fait de même pour Corneille et pour Racine, excepté quelques notes conservées par des descendants et, qu'à cette époque, il n'était pas d'usage de conserver les manuscrits après publication.

Concernant le fait que Molière soit devenu subitement un auteur de génie à un âge avancé, Forestier pense qu'au contraire, l'évolution de l'œuvre de Molière montre une vraie progression avant sa première grande comédie L'École des femmes. Il donne aussi l'exemple d'Umberto Eco qui écrivit son premier roman Le Nom de la rose à quarante-huit ans. Quant au séjour à Rouen, les pièces qu'il a jouées à son retour, pendant quatre ans, sont des pièces antérieures à cet épisode. Ainsi, il faudra attendre ces quatre années pour voir apparaître L'École des femmes, comédie en cinq actes et en vers.

Enfin, selon Forestier, la thèse que Corneille ait eu des problèmes d'argent est une légende. En effet, il est mort riche et sa venue à Paris en 1662 est le couronnement du succès.

En plus de ces contre-arguments, Forestier rappelle que les frères Corneille ont organisé une cabale contre L'École des femmes, pièce où Molière se moque ouvertement des titres de noblesse des Corneille. Il est donc fort peu probable que Corneille ait écrit, puis critiqué une œuvre dans laquelle il se moque de son frère et de lui-même.

Il note enfin que, durant la période où Corneille est censé avoir écrit pour Molière, il publiait L'Office de la Sainte Vierge, une œuvre qui a dû demander un énorme travail de traduction et de versification, et il aurait eu donc difficilement le temps d'écrire en même temps pour Molière.

Les critiques contre la méthode de Labbé sont nombreuses, mais ses réponses à ses contradicteurs ne le sont pas moins. Le lecteur intéressé trouvera dans les liens externes des arguments plus développés pour se construire une opinion.

Anònim ha dit...

Una prova més que que Corneille va escriure les obres de Molière, o podria haver-les escrit, vindria donada pel fet de les inicials.

"L’idée que Corneille a écrit une partie de l’œuvre attribuée à Molière peut être aussi soutenue par une coïncidence étonnante. Si on remplace les trois premières lettres de J.B. Molière (Jean-Baptiste Molière) par les lettres utiles qui les suivent dans l’alphabet, en changeant ainsi J B M en L C N, on obtient les mots L.C. Nolière, qui ne sont qu’une anagramme du nom Corneille! On peut supposer alors que Corneille changea les trois premières lettres pour rendre impossible un déchiffrement fait au hasard. Ainsi il aurait pu prouver qu’il était Molière, s’il voulait le faire, mais personne ne pourrait le savoir autrement."

forgeron ha dit...

On ne traîte pas de Corneille mais de Racine a "Valencies", de Pere Gimferrer. Erreur ou mécompte ou trahison de la mémoire (courte).
"Valències" recull una conferència de Pere Gimferrer, "L'art de Racine", de l'any 1990.

Anònim ha dit...

RACINE, MÉS MODERN QUE CORNEILLE?

De totes maneres, Gimferrer també esmenta Corneille. Diu Gimferrer: "És per començar molt superior, sense dubte, als drames de Voltaire, molt pocs llegits avui com a tragèdies. I és, d'una banda, superior clarament i de l'altre, molt diferent i molt més modern que Corneille. Corneille és un autor interessant, però no resisteix la comparació amb Racine. No és de cap manera un autor excels, encara que sigui anterior, i que sense ell potser no hauria existit Racine" (pàgina 66). I més endavant, a la pàgina 75, Gimferrer, tot parlant de Racine, torna a treure-hi Corneille, per tal de fer unes comparaciones molt tècniques però molt interessants.

Anònim ha dit...

Corneille, Racine...A qui li sonen aquests noms, a hores d'ara? Ens hem perdut tantes coses, amb l'oblit de la llengua i cultura franceses. C'est dommage!